Au sommet du col de la Margeride, la chapelle dédiée à Saint-Roch n'a plus l'apparence qu'elle avait au Moyen Age pour recevoir les vœux pèlerins.
il faut grimper le col de la Margeride qui marque à 1300 mètres la frontière entre la Haute-Loire et la Lozère. Depuis le XIIè siècle, Saint-Roch est un refuge pour les pèlerins. Saint-Roch est invoqué par les malades, les miséreux et les pèlerins.
L'eau qui coule de sa fontaine est réputée pour son aspect bienfaisant et apaisant.
Chaque année, le week end du 15 août, le pèlerinage de Saint-Roch attire de nombreuses personnes. La fontaine de Saint-Roch a désaltéré des milliers de pèlerins.Selon une tradition controversée, la fondation d'un hôpital et d'une chapelle a été attribuée à Hugues de Thoras et Hélye de Chanaleilles en 1198. L'hôpital dédié à Saint-Jacques était destiné à accueillir les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle qui empruntaient l'itinéraire partant du Puy. Il est mentionné pour la première fois de façon certaine en 1216 lorsque l'évêque de Mende en confie la gestion à l'Hôtel-Dieu du Puy. En 1610, la chapelle est en ruine et des pierres sont employées pour la construction d'une église à Lajo en 1732. En 1863, une petite chapelle Saint-Roch est élevée à l'emplacement de l'hôpital disparu mais elle est détruite en 1897. Une nouvelle chapelle est construite en 1900 sous la direction de l'architecte diocésain Léon Laurens. Elle a été restaurée en 1931. L'édifice fait parti de la propriété sectionale du hameau de la Rouzeire village de la commune de Lajo.